Chronique n°81

Chronique faite par Manue 
C'est une pastèque ? Non c'est un chien
 Auteur et illustrateur: Pierre Charentus
éditions margot
format du livre: grand format
12 euros 90
le livre contient 208 pages.

Vous vous demandez ce que peuvent bien se raconter Miranda le chameau et Jean-Michel l'oie lorsqu'ils se croisent ?Vous avez toujours rêvé d'assister à la rencontre entre Zorro et un type déguisé en le mont Blanc ? Alors ce livre est fait pour vous !
Interrogations existentielles, discutions autour du pâté végétal, tranches de vie et aventures épiques... Plongez les yeux fermés dans ce bain d'humour et de poésie !


Je remercie déjà les éditions Margot et surtout Lauréline Lemaître pour l'envoi de ce livre.


Je ne m’attendais pas à ce genre de livre… Je pensais que c’était une histoire complète racontée sous la forme d’une bande dessinée et qui serait adaptée aux enfants. Malheureusement ce n’est pas le cas.
Il y a bien des dessins sous la forme de bande dessinée mais les histoires ne sont selon moi pas pour un jeune public mais plutôt pour des adolescents.

Les dessins sont faits de manière assez rapide et colorisés rapidement aussi… C’est un peu dommage… Personnellement je n’aime pas trop ce genre de dessins.. Je préfère lorsque ce sont des illustrations plus travaillées…
Concernant les histoires elles sont très courtes et ne font qu’une double page. Rare
s sont les histoires qui sont plus longues… C’est un peu frustrant.
Il n’y a pas beaucoup de dialogues et les dessins sont souvent prioritaires.

J’ai souvent eu l’impression que les histoires étaient malheureusement ou trop brèves ou inachevées, comme si l’auteur n’avait pas eu le temps de les terminer.

Il n’y a pas de suite aux histoires, elles sont toutes indépendantes les unes des autres. Ainsi le lecteur peut les lire dans l’ordre qu’il souhaite ou n’en lire que quelques unes à la fois.
En résumé, si ce livre ne m’a malheureusement pas plu je pense qu’il trouvera ses lecteurs parmi ceux et celles qui aiment les bandes dessinées décalées et originales.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire